RSS

Archives de Catégorie: Pensées partagées

Simple est la clef.


C’est juste en la simplicité, que s’expriment les grandes vérités…

Plus on regarde, et mieux l’on voit…

Et le jeu qui m’apparait de plus en plus clairement derrière tout ce chaos, m’amène à comprendre la subtilité de son fonctionnement, à saisir le fondement du piège qui tente à nous enfermer dans ce complexe labyrinthe.
La règle en est pourtant simple pour en sortir.

Autant nos révoltes d’antan ont eu leur sens, autant l’heure à présent n’est plus à se battre contre ce que nous ne voulons pas. L’humanité évolue, la terre, l’univers, l’ensemble élève son niveau de conscience, aussi la manière d’aborder les choses est amenée à suivre également cette évolution pour rendre le changement souhaité effectif.
Tout s’accélère, c’est pourquoi nous n’avons plus à perdre notre temps précieux en oppositions. Cela épuise nos forces et nourrit ce que nous croyons ainsi combattre, et c’est justement par ce piège que ce système nous tient !

Alors gardons, utilisons simplement et uniquement notre énergie pour ce que nous souhaitons vivre.

Rappelons-nous que nous donnons de la force là où nous posons notre attention. Et moins nous la dirigerons vers ce qui nous déplait, plus nous pourrons construire ce que nous voulons réellement. Plus nous lui donnerons vie.

Seul l’argent nous limite à vivre « dignement » dans ce modèle de société, alors que nos capacités de réalisations sont immenses. L’appât du gain et d’identification relative à nos possessions matérielles, nous détourne de nos désirs les plus simples et sains, nécessaires à nos besoins vitaux et notre épanouissement. Tout le monde a plus ou moins conscience de la perversité de ce système emprisonnant, mais ne cesse d’y participer par résignation et surtout par la croyance de notre impuissance à faire autrement. Et pourtant, il suffirait que l’on parvienne à réaliser combien il nous est possible de ne plus en dépendre, par une autonomie d’actions solidaires, pour qu’il n’ait plus de raison d’être et s’effondre de lui-même.

Ainsi pour qu’il change, il n’est rien à forcer. Nul besoin de révoltes ou de guerres.
Devenons simplement autonomes. Quittons le piège de la surconsommation, organisons-nous pour nos toits et notre nourriture, et menons la vie saine que nous souhaitons vivre. Celle qui nous rapproche de notre propre nature.

Nous pouvons très bien y parvenir sans perdre l’essentiel de notre confort. Quittons cette peur et nos conditionnements qui nous ont formatés à croire en notre incapacité. Nous avons tous des domaines de compétences qui, mis au service du bien-être de l’ensemble, peuvent largement nous permettre l’accès à la meilleure qualité en toutes choses, que ce soit pour le simple plaisir ou subvenir à tous nos besoins. Ne misons plus sur la quantité, qui n’est qu’une habitude compensatoire de notre insatisfaction relative au manque de richesse de tout contenu, à commencer par notre nourriture. Et cela-même pour toutes nos nourritures: (du corps, du cœur, de l’âme et de l’esprit)…

Et puis nous sommes capables d’accomplir ce qui est qualifié de « miracles » car il est dans notre nature de les réaliser. Il ne nous a simplement pas été enseigné d’accéder à nos pouvoirs dans le but de nous garder sous contrôle, mais nous avons une immense puissance! Oui nous avons un système d’auto-guérison dont nous ignorons le fonctionnement, qu’il nous faut juste apprendre à activer. Oui nous avons des pouvoirs télépathiques que nous ne savons utiliser. Certains même d’entre-nous ont accédé à la nourriture pranique…
Autonomes, nous pouvons l’être, assurément. Tout se joue dans la confiance qu’il nous faut retrouver…

Simplifions.
Simplifions-nous la vie, car elle l’est de par nature, et consacrons-nous à ce pourquoi nous sommes naturellement et intuitivement faits. Notre véritable problème réside en la frustration d’appliquer en permanence et contradictoirement le contraire…

Commençons déjà par cesser de faire les petites choses que nous ne sentons pas mais que des principes nous obligent à accepter par la croyance que l’autre ne pourra en comprendre le refus. Par peur d’en perdre l’amour…
S’autoriser l’entière honnêteté de ce qu’on est, est merveilleusement libérateur, autant pour soi que pour l’autre.

Transformons progressivement ces manières réflexe d’interagir, de se nourrir, et de penser. Toutes ces petites choses, l’une après l’autre, sans se forcer à être acceptable à la pensée « new-âgeusement correcte » qui pousse au reniement de nos imperfections, mais en s’autorisant la liberté et la confiance en la valeur de nos différences qui ne nous séparent mais nous rejoignent sur d’autres plans. Autorisons l’autre à se réaliser et être ce qu’il est, autant que nous-mêmes…

Bien des choses sont incertaines dans tout ce qui nous est prôné en ce moment, chacun y va de sa belle théorie, ou plus exactement de celle d’autres à laquelle il adhère…

Il n’est qu’en notre profonde intuition que nous pouvons faire confiance.

La réponse est en nous
Et je sens intuitivement qu’il ne faut se fier qu’aux solutions qui coulent de source.
Rien de ce qui est compliqué n’est aligné
, cette règle est simple et imparable.

Seuls les mots qui résonnent justes en nous contiennent les réponses qui nous correspondent. Et elles n’ont pas à être toujours les mêmes pour tous, chacun ayant la particularité de son propre cheminement.

Occupons-nous simplement de ce que l’on sent juste de faire pour nous-mêmes, quelle que soit l’opinion des autres à ce sujet. Quittons nos croyances formatées et la peur d’abandonner nos attachements illusoires.

Il n’est qu’en la somme de chaque élévation personnelle de conscience,
de nos responsabilités individuelles assumées,
que grandit la richesse du tout
.

Ce n’est pas celles des autres qui nous incombent, et se consacrer à la sienne est déjà beaucoup.
Nos attentions et nos croyances sont détournées et dirigées en permanence à l’extérieur de notre être, justement parce que la solution et la vérité ne se trouvent qu’en nous. Mais rien n’oblige à en accepter le piège car nous sommes libres de nos choix.

Et c’est en ce qui émanera de nos retrouvailles intérieures que naitra la force de l’unité, en activant chacun nos états de bien-être qui viendront naturellement se rejoindre.
Simplement parce que nous sommes de la même nature…

Faisons-nous confiance.

Œuvrons de toutes nos énergies, uniquement vers ce pourquoi nous sommes POUR.

Et la vie se transformera d’elle-même…

Tout simplement…

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 10 juillet 2010 dans Pensées partagées